Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Tolkiendili

Les Tolkiendili

Juste un site créé par deux youtubeurs amoureux de l'univers de JRR Tolkien et de ses adaptations.

TURIN TURAMBAR

TURIN TURAMBAR

Dans les contes et Légendes de Fantasy, on assiste généralement à une situation finale "heureuse" ou appelée vulgairement Happy Ending. Mais il existe bon nombre de contes et de Mythe de la Terre du Milieu qui échappent à la règle. La plus notable est sans nul doute le Conte des Enfants de Hurin et l'histoire tragique de Turin Turambar...

Aujourd'hui les Tolkiendili reviennent sur ce mythe aussi bien tragique que épique.

[ Cette vidéo a été réalisée en partenariat/collaboration avec la Chaîne du Savoir des Anneaux     Attention Spoilers !!!!!!]

Notre Video

Le conte de Turin Turambar est le prime exemple que le bien ne prévaut pas toujours dans le légendaire de Tolkien, étant l'une des histoire les plus tragiques qu'Arda ai porté.

Turin naît fils de Hurin Thalion, régent du peuple des Hommes au premier âge en Dor lomin dans ce qui sera le nord Ouest de  la Terre du Milieu. Ses malheurs commencent tôt, car sa jeune sœur périt à l'âge de trois ans des suites d'une maladie engendrée par des vents mauvais venant tout droit de la place forte de Morgoth, Angband. C'est un événement que Turin ne put jamais mettre en silence dans son esprit. à ses huit ans, son père Hurin mena les hommes dans la Nirnaeth Arnoediad, la bataille des larmes innombrables ou il perdit son armée entière, y compris son jeune frère: Huor. Les orcs décapitèrent les corps et les entassèrent, si bien qu'ils formèrent comme un monticule d'or au coucher du  soleil. Hurin prenant la vie de tellement d'orcs s'emprisonna lui même sous le poids de leurs corps et fut pris prisonnier par les forces du mal. 

La Dagor  Nirnaeth Arnoediad

La Dagor Nirnaeth Arnoediad

En conséquence de cette tragédie, Morwen, la mère de Turin l'envoie en Doriath,  royaume elfe, pour sa propre protection, ne pouvant subvenir à ce besoin. Il laissa derrière lui son meilleur ami et sa mère, ainsi il devait réapprendre à vivre. Le seigneur de ce royaume Thingol adopta Turin, et l'éleva comme son fils. Turin y appris de nombreuses choses, comme le langage des elfes, le maniement de l'arc et de l'épée. Mais en grandissant il devint de plus en plus curieux sur ses origines, et finit par le biais de messages divers par apprendre l'existence de sa sœur Nienor, née peu après son départ. Mais un jour les nouvelles de sa famille cessèrent d'arriver et il décida de prendre les armes contre Morgoth. Thingol lui remit finalement l'Héritage de sa maison le heaume du dragon, un heaume magique qui fut forge par les nains dans le but de provoquer l'une des plus Terrible créature de Morgoth: le dragon Glaurung. Ainsi avec cette arme et son courage il commença a se faire craindre parmi les Forces du Mal. 

Le Heaume du Dragon et l’épée Gurthang

Le Heaume du Dragon et l’épée Gurthang

Par la suite il  prit involontairement la vie d'un des conseillers du roi, qui ne cessait de le provoquer. Ayant peur pour son sort et redoutant la fureur des elfes, il s'enfuit dans la nature ou il fit la rencontre d'un groupe de hors la loi dont il tua le leader et pris sa place. Sous le commandement de Turin, la bande libère un grande partie de l'Ouest du Beleriand avec l'aide de son ami Beleg, si bien que la région fut connue sous le nom de Pays de l'Arc et du Haume. Cependant, trahi par un ami nain, les hommes de Turin furent tous éradiqués par les orcs, à l'exception de Beleg. Turin lui, fut capturé. Cependant, au plus noir de la nuit dans le camp orc, tandis que Beleg défait les liens de Turin, celui ci croit en la présence d'un orc, venant le tourmenter et d'un coup d'un seul, se saisit de l'épée de l'elfe et le tue, sans réaliser son acte. C'est après coup qu'il fut heurté par son crime et durant toute sa fuite jusqu’à Nargothrond, la cité souterraine, son esprit vacille. C'est là, sous couvert d'anonymat qu'il reforge l'épée de Beleg et la nomme Gurthang, Acier de Mort.

Gurthang Reforgée

Gurthang Reforgée

Turin devint malgré lui très populaire. Trop populaire même car Morgoth lui même entend parler de ses actes. Turin eu l'occasion de retrouver une vie de secrets et de calme, mais c'est son arrogance qui aura raison de ce destin, faisant désormais partie de ce qui entraînera sa chute. Morgoth envoie ainsi une armée d'orcs, menée par Glaurung, le dragon sans ailes, que l'on connaît aussi comme le père de tous les dragons. Durant l'affrontement seul Turin combat en pouvant faire face à la créature, toutefois, grâce à ses pouvoirs, celui ci l'immobilise, et comme un serpent, lui insuffle l'idée qu'au loin, dans ses terre natales, sa famille souffre. Pendant ce temps, la cité de Nargothrond est détruite, et le roi et ses armées éradiquées. Mais Turin craignant pour sa seule famille, abandonne les rescapés et Finduilas,  la fille du roi est faire prisonnière. 

Chute de  Nargothrond et Attaque de Glaurung

Chute de Nargothrond et Attaque de Glaurung

En arrivant dans sa maison première, en Dor lomin , il n'y découvre rien. Car sa mère et sa sœur sont parties pour le royaume elfe ou Turin a grandi. Il apprend là par la femme du chef de la région que sa mère est partie depuis longtemps. Comprenant qu'il a été trompé, Turin tue le chef et déclenche ainsi une révolte, se soldant par le suicide de la femme qui l'avait informé.
 Turin tente toutefois d'aller secourir Finduilas qu'il  avait abandonné, mais il apprend que cette elfe qui l'avait aimé en secret fut tué par des orcs. Par volonté d'échapper à une destinée plus funeste encore, il décide de s'appeler Turambar, Le Maître du Destin, rejette Gurthang son épée pour un arc et une lance et s’installe au sein d'une communauté d'homme dans la foret de Bretil
Or,  Il trouve un jour une femme nue, sur la tombe de la princesse elfe. Celle ci ne pouvait ni parler et semblait n'avoir aucun souvenirs. Turin finit finalement par la prendre pour femme, et la nomma Niniel, la jeune fille des larmes. Ils se marièrent vite, et l'année d'après, Niniel tomba enceinte. 

Nienor sur la Tombe de Finduilas

Nienor sur la Tombe de Finduilas

La présence répétée de Glaurung, dans la région poussa Turin a reprendre les armes, et surtout Gurthang. Après que le dragon ait pénétré dans la foret de Bretil dans le but de retrouver Turin, ce dernier le pris  en embuscade, et planta son épée dans le ventre de la bête, le blessant mortellement. Mais le sang de la bête étant dangereux et empoisonné, Turin en tomba inconscient. Lorsque Niniel le trouva là, Glaurung respirait toujours, et avec ses dernières forces leva le sort qu'il avait précédemment jeté sur la femme. Ses souvenirs remontent enfin et elle s'aperçoit horrifiée, que durant tout ce temps, elle était Nienor, la sœur cadette de Turin. Mortifiée, elle se jeta par delà une falaise proche de là. Turin, n'apprendra la nouvelle qu'à son réveil par l'intermédiaire d'un témoin. Refusant de croire à une telle fatalité, Turin le tue de sang froid et court jusqu'à la tombe de la fille du roi, l'endroit même ou il avait rencontré Niniel. Le capitaine de la garde du royaume elfe ou Turin grandit qui se trouvait là lui confirma les faits. Plein de désespoir et de honte, Turin retourne là ou Nienor s'est tuée, et à cet endroit, il se jeta sur son épée. Et elle fit une dernière victime avant de se briser. 

Mort de Glaurung et de Turin
Mort de Glaurung et de Turin

Mort de Glaurung et de Turin

Turin, de par ses actions désastreuses, se fit d'abord refuser l'accès aux Halls de Mandos, puis grâce aux prières de Hurin et Morwen, put l'atteindre. Il est toutefois dit, dans la prophétie de Mandos que durant la Guerre de la fin des Temps, celle qui mettrait verrait la fin du monde que Turin s’élèverait une fois encore, et que c'est lui, qui vengeant tous les Hommes pourfendrait Morgoth dans son dernier souffle.

Ainsi l'histoire de Turin Turambar, et plus généralement le conte des Enfants de Hurin se définit comme étant un mythe détaché des autres œuvres du professeur et de  la littérature fantastique du fait du caractère noir du personnage central  et surtout par une finalité victorieuse à la fois sanglante.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article